(7) Al-Mouhaymine (L’Arbitre Suprême)

Noms Divins expliqués

i15

   Le Nom divin « Al-Mouhaymine » n’apparaît qu’une seule fois dans le Coran, dans le verset 23 de la sourate 59 Al-Hachr (L’Exode) : « Il est Dieu en dehors de Qui il n’y a point de divinité ; Il est le Souverain, le Saint, le Pacifique, le Protecteur, l’Arbitre Suprême,

le Puissant, l’Irrésistible, le Superbe. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’on peut Lui associer ! » « L’Arbitre Suprême » constitue une des traductions possibles en langue française mais n’englobe pas à elle seule l’ensemble des sens véhiculés par « Al-Mouhaymine ».

Sémantique

   « Al-Mouhaymine » tire son origine du verbe arabe « haymana » qui signifie « dominer ». Allâh est en effet Celui qui domine Sa création car tout se qui se produit s’inscrit forcément dans Sa volonté.

   Dans un sens proche affilié à la prédominance, il est fréquent en arabe d’utiliser l’adjectif « mouhaymine » pour qualifier une personne qui protège quelqu’un ou qui joue le rôle de gardien auprès de lui. Cet adjectif s’applique aussi à l’oiseau qui étend son aile pour protéger ses petits, signifiant également la compassion à leur égard.

   Dès qu’« Al-Mouhaymine » désigne Allâh , cet attribut embrasse toutes les nuances sémantiques mentionnées, qui se déclinent alors à l’absolu.

L’Arbitre Suprême

   Le sens le plus évident que revêt le Nom divin « Al-Mouhaymine » est l’idée de domination absolue. Allâh est Celui qui domine Sa création car tout ce qui se produit s’inscrit forcément dans la volonté divine. Ce qui caractérise la domination d’Al-Mouhaymine est que rien ne s’accomplit contre Son gré. Plusieurs versets coraniques expriment la volonté absolue d’Al-Mouhaymine : « Quand Il veut une chose, il n’est pour Lui que de dire « Sois ! », et la chose est. », s.36 Yâ-Sîn, v.82 ; « C’est Dieu qui a créé les Cieux et la Terre. C’est Lui qui a fait descendre du ciel une eau grâce à laquelle Il fait produire des fruits pour vous nourrir. C’est Lui Qui a mis à votre service les vaisseaux qui, par Son ordre, voguent sur la mer, comme Il a mis à votre service les rivières. », s.14 Ibrâhîm, v.32.

   Outre le fait que tout s’accomplit selon les décrets d’Al-Mouhaymine, Sa suprématie embrasse toute la création non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps. Elle s’inscrit dans la perfection et la complétion qui s’expliquent par la concomitance de trois aspects fondamentaux : le savoir absolu, le pouvoir ultime et une action se situe dans la continuité.

   Tout d’abord, Allâh possède un savoir infini sur toute chose : « Dis-leur : »Allez-vous apprendre à Dieu votre religion, alors qu’Il connaît tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre ? Dieu n’embrasse-t-Il pas de Sa science toute chose ? » », s.49 Al-Houjourât (Les Appartements), v.16. La connaissance d’Al-Mouhaymine est absolue, elle englobe le passé, le présent et le futur. Il dit dans le Coran : « (…) et pas une feuille ne tombe sans qu’Il le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. », s.6 Al-An‘âm (Les Bestiaux), v.59.

   Il sait ce qui se passe dans l’ensemble de Sa création dans un même laps de temps. Il sait ce qui pénètre la terre et ce qui en sort. Il sait ce qui tombe du ciel et ce qui s’y dirige. Rien de ce qui est apparent ou caché ne Lui échappe. Il connaît ce que recèlent les cœurs, et même ce qui est plus impénétrable que leurs secrets. Les pensées les plus intimes, les intentions les plus indécelables ne sauraient se dérober au savoir divin. Lors de la bataille de Hounayn en l’an 8 H (630 ap. J-C) , Al-Mouhaymine a révélé l’assurance dans laquelle se trouvaient les combattants musulmans et par laquelle ils furent abusés : « Dieu vous a déjà assistés en maints endroits, notamment lors de la bataille de Hounayn où, abusés par votre grand nombre qui ne vous a servi à rien, vous n’avez pas tardé à sentir que la terre, pourtant si vaste, était devenue trop étroite et vous avez pris la fuite en désordre », s.9 At-Tawba (Le Repentir), v.25.
Le savoir de Dieu est tellement vaste qu’Il cerne le possible et l’impossible : l’existence d’une autre divinité relève de cette impossibilité, « Or, s’il y avait d’autres divinités que Dieu dans les Cieux et sur la Terre, la marche de ces derniers aurait été gravement compromise. Gloire à Dieu, Maître du Trône, qui est au-dessus de leurs allégations mensongères ! », s.21 Al-Anbiyâ’ (Les Prophètes), v.22. Si la divinité venait à être créée, elle ne serait par définition pas un dieu, puisqu’issue de l’œuvre d’un autre plus puissant : « Non, Dieu ne S’est donné aucun fils, et il n’existe aucune divinité avec Lui, sinon chaque divinité s’attribuerait ce qu’elle aurait créé, et certaines d’entres elles domineraient les autres. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’ils inventent ! », s.23 Al-Mou’minoûn (Les Croyants), v.91.

i16

     Ensuite, Allâh est Tout Puissant, car quel est l’intérêt de détenir le savoir si le pouvoir fait défaut ? « […] Or, si Dieu l’avait voulu, Il les aurait privés de l’ouïe et de la vue, car Sa puissance n’a point de limite. », s.2 Al-Baqara (La Génisse), v.20. Certains êtres humains possèdent le savoir sans pour autant être capable d’agir, tandis que d’autres disposent de la puissance mais ne sont pas en mesure d’œuvrer en connaissance de cause. Rares sont ceux qui cumulent les deux, et quand bien même un individu les réunissait, il y aurait toujours quelqu’un de plus puissant ou de plus érudit que lui. Allâh , Al-Mouhaymine, n’entre pas dans ce cas de figure : Il domine sur le plan du savoir et du pouvoir, à Lui Seul appartiennent d’une manière absolue ces deux qualités. « Les hommes sauront-ils jamais estimer la puissance de Dieu à sa juste valeur ? Et, pourtant, le Jour de la Résurrection, Il ne fera qu’une seule poignée de la Terre toute entière, tandis que les Cieux seront ployés dans Sa dextre. Gloire à Lui ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’on peut Lui associer ! », s.39 Az-Zoumar (Les Groupes), v.67.

   Enfin, la suprématie d’Allâh s’inscrit dans la continuité. Le savoir et le pouvoir d’Al-Mouhaymine garantissent le futur. En effet, une personne peut savoir et agir en conséquence, mais elle n’est jamais sûre à 100% du résultat de ses décisions. Al-Mouhaymine sait, agit en conséquence et anticipe de la meilleure des manières. Ainsi, lorsque Dieu s’adressa au feu dans lequel fut jeté Ibrâhîm , Il ordonna : « […] Ô feu ! Sois pour Abraham d’une fraîcheur salutaire ! », s.21 Al-Anbiya’ (Les Prophètes), v.69. S’Il n’avait pas dit : « fraîcheur salutaire », Ibrâhîm serait mort de froid ; et s’Il n’avait pas dit : « pour Abraham », le feu aurait perdu pour toujours sa propriété de brûler.

   Outre le fait de posséder le savoir et le pouvoir absolus, Allâh ne permet à aucune créature d’intervenir dans Ses décisions : « (…) Les hommes n’ont point d’autre Protecteur que Lui, car Il n’associe personne à Son autorité. » », s.18 Al-Kahf (La Caverne), v.26. Son autorité se pare, du reste, de qualités supérieures inégalées à l’égard de Sa création.

Une suprématie teintée de compassion et d’amour

   « Al-Mouhaymine » est un nom à connotation positive, dans le sens où l’autorité de Dieu n’est en aucun cas despotique, mais imprégnée de tendresse, de compassion, de sollicitude et d’amour envers Ses serviteurs. Un jour, le Prophète http://www.al-wassat.com/images/saws.gif » alt= » » width= »20″ height= »18″> apercevant une femme embrasser son nourrisson interrogea ses compagnons :

Le Gardien Absolu

   Le Coran est clair : « Dieu est le Créateur de toute chose et Il en est le Protecteur. », s.39 Az-Zoumar (Les Groupes), v.62. Dès lors que le musulman est convaincu que les affaires de toute la création sont entre les mains d’Al-Mouhaymine, une totale confiance en Allâh s’installe en lui : il s’abandonne à Allâh et vit alors dans la quiétude et la sécurité. C’était le cas du Prophète http://www.al-wassat.com/images/saws.gif » alt= » » width= »20″ height= »18″> le jour où il avait rencontré la tribu juive des Banou Nadhîr. Ces derniers avaient comploté son assassinat et voulait l’écraser sous un énorme rocher. Qui a prévenu le Prophète http://www.al-wassat.com/images/saws.gif » alt= » » width= »20″ height= »18″> pour qu’il s’éloigne du piège ? Al-Mouhaymine, à qui aucun complot n’échappe.

   Lorsque le Prophète http://www.al-wassat.com/images/saws.gif » alt= » » width= »20″ height= »18″> partait en voyage, il n’oubliait jamais d’invoquer son Seigneur : « Ô Allâh ! Tu es le Compagnon de route et le Gardien de la famille, des enfants et des biens. » Al-Mouhaymine est en effet Celui qui accompagne le voyageur, lui apporte sécurité et soutien tout en protégeant sa famille restée en arrière. De telles qualités ne peuvent se trouver simultanément qu’en Allâh le Tout-Puissant.

   Ya’qoûb (Jacob) aussi avait une confiance absolue en Al-Mouhaymine lorsqu’il laissa son fils Benyamîne (Benjamin) partir avec ses frères qu’il savait jaloux : « Il dit : » Vais-je vous le confier, comme autrefois je vous avais confié son frère ? Mais Dieu est Le Meilleur Gardien, et Il est Le Plus Miséricordieux des miséricordieux ! » », s.12 Yoûssouf (Joseph), v.64. Cette attitude exemplaire doit rappeler au musulman qu’il n’est pas à même d’assurer la protection des êtres les plus chers à ses yeux, que Seul Dieu protège.
Cela étant, même si les capacités du croyant sont limitées, celui-ci possède malgré tout la possibilité d’agir, en particulier sur lui-même, en s’inspirant des différentes acceptions du Nom divin « Al-Mouhaymine ».

Comment tirer profit des qualités d’Al-Mouhaymine ?

   Le croyant qui cherche à bénéficier des bienfaits d’Al-Mouhaymine doit d’abord faire sa propre introspection : interroger son âme afin de connaître la réalité de son être. Souffre-t-il d’une quelconque déviation ? Cherche-t-il à transgresser les limites ? Sa foi en Dieu est-elle fermement ancrée dans son cœur ? Perçoit-il ses revenus honnêtement et les dépense-t-il dans la licéité ? Se comporte-t-il conformément aux injonctions divines ?… Autant de questions qui remettent en cause sa compréhension de la religion, et donc sa pratique. Le croyant doit être parfaitement conscient de l’état de son cœur. Pourtant, il ne sera réellement en mesure de pratiquer cette investigation psychique que lorsqu’il approfondira ses connaissances religieuses. En effet, assister à des prédications ou lire des ouvrages didactiques relatifs à l’Islam éclairent le fidèle sur ce qui est interdit ou licite, louable ou répréhensible… Dès lors qu’il se sera imprégné de telles connaissances bénéfiques, il sera à même de se débarrasser de ses défauts et imperfections, d’assainir ses actions de tout péché, son cœur de toute association ou fétichisme, son intellect de toute forme d’idéologie déviatrice ou de croyance superstitieuse ; l’objectif étant de sonder et de dominer pleinement son cœur et ses profondeurs, mais aussi de contrôler ses dires et ses actes.

   En bref, le savoir est la base de tout acte et toute attitude puisque de lui dépend l’agrément de Dieu ; la volonté guide l’auto-réforme de soi et la véracité conduit à l’endurance.

   C’est donc au quotidien que le croyant applique les sens d’« Al-Mouhaymine ». Etant donné que son Seigneur l’observe et sait tout de lui, son comportement doit être empreint de pudeur. Il place sa confiance en le Tout-Puissant, l’Unique ; et remet son avenir entre les mains d’Al-Mouhaymine tout en agissant sur lui-même. Le Coran précise à juste titre : « Des anges sont attachés à chaque être humain et, placés devant et derrière lui, le protègent sans cesse, sur ordre du Seigneur. En vérité, Dieu ne modifie point l’état d’un peuple tant que les hommes qui le composent n’auront pas modifié ce qui est en eux-mêmes. Et quand Dieu décide de punir un peuple, nul ne peut L’en empêcher, car les hommes en dehors de Lui n’ont aucun protecteur. », s.13 Ar-Ra‘d (Le Tonnerre), v.11.

   L’intérêt de connaître précisément Al-Mouhaymine est capital pour le musulman. Une telle connaissance bannit de son cœur tout espoir en quelqu’autre force, et le pousse à n’implorer que Lui. La suprématie d’Al-Mouhaymine, assortie d’amour et de compassion, apporte au croyant un sentiment de paix intérieure qui lui permet de vivre dans la tranquillité et d’aller de l’avant. Qu’Allâh aide tous les musulmans à être les « mouhayminoûn » de leur cœur, pour ne pas se laisser dominer par leurs passions ; qu’Il les soutienne dans leur pratique de l’auto-réforme !

Archives

Catégories

Poser une question

Mettre un lien vers formulaire de contact